Identification et puçage


Lorsqu'on parle d'identification d'animaux, on pense immédiatement aux chiens ou aux chats. Mais saviez-vous que certains oiseaux, amphibiens et reptiles ont également l'obligation d'être identifiés ?

 

Lesquels ? Comment ? Sous quels délais ?

Réponses ci-dessous !

 


Quelles sont les espèces concernées ?

Commençons par le commencement. Selon leur taille, leur statut de protection, leur dangerosité, certaines espèces animales sont catégorisées, et classées dans différentes annexes. Par abus de langage, on dit parfois qu'elles sont "annexées". On distingue les codes définis par la CITES (annexes I, II, III) et d'autre part la codification du Règlement UE (annexes A, B, C, D). Prenons l'exemple du gecko léopard, Eublepharis macularius. Celui-ci n'est aucunement annexé, ni par la CITES, ni par le règlement européen. Alors que le Python royal, Python regius, est catégorisé "II-B". Vous pouvez vérifier par vous-même les annexes dont dépendent vos animaux en les recherchant par leur nom scientifique sur le site internet de la CITES.

 

Depuis la parution de l'arrêté du 8 octobre 2018, les espèces qui appartiennent aux Annexes A, B, C ou D du Règlement UE doivent maintenant être obligatoirement identifiées et enregistrées au registre national I-FAP. Cela englobe aussi bien les animaux acquis avant, qu'après la mise en application du texte, si leur lieu de détention est basé en France. Professionnels comme particuliers, tout le monde est concerné.

 

Pour ces animaux en particulier, toute cession, vente, ou sortie de son lieu de détention est rigoureusement interdite (et répréhensible) en l'absence d'identification.

 

Dans le cas des reptiles et amphibiens en captivité, l'identification d'un animal concerné doit intervenir dès le mois de sa naissance (pour un individu né en France) ou bien dans les 8 jours qui suivent son arrivée sur le lieu de détention (pour un individu acquis à l'étranger).

 

Vous savez a présent si votre animal est concerné ou non par l'identification. Intéressons-nous maintenant aux différentes méthodes possibles.


Identification par transpondeur

La majeure partie du temps, l'identification de l'animal se fait via la pose d'un transpondeur. Il s'agit d'un acte médical, qui doit obligatoirement être pratiqué par un vétérinaire en exercice. De la taille d'un grain de riz, cet implant sera d'abord contrôlé/bipé par le vétérinaire pour en vérifier le numéro, avant d'être placé sur l'animal.

 

Pour les lézards ou tortues, il est généralement implanté dans le haut de la patte arrière-gauche. Pour les serpents, on le placera dans le dernier tiers du corps, du coté gauche également. Pour les crocodiliens, à la base de queue etc. La puce sera lue une nouvelle fois après implantation pour confirmer son bon fonctionnement.

 

Après la pose de la puce, propriétaire et vétérinaire remplissent une Déclaration de marquage (CERFA 15969*01), sur laquelle figure notamment leurs informations respectives, l'espèce de l'animal, l'emplacement de l'implant, la date de l'intervention, et surtout le numéro d'identification de l'animal. Pour gagner du temps chez votre vétérinaire, mais aussi parce que ce document est souvent négligé voir oublié, nous vous conseillons de l'imprimer et le remplir chez vous, pour le finaliser avec votre vétérinaire le jour du puçage.

 

Vient ensuite l'enregistrement de l'animal au registre national. Après le puçage de votre animal, il sera à la charge de votre vétérinaire de l'enregistrer l'I-FAP, qui saisira le numéro de la puce, vos informations personnelles et votre adresse e-mail sur la plateforme. Quelques jours plus tard vous recevrez votre "Certificat d'enregistrement d'un animal d'espèces non domestiques" par mail. Ce certificat est à conserver précieusement, car il permet non seulement de justifier de l'enregistrement de l'animal sur l'I-FAP (en cas de contrôle de votre élevage) mais également de pouvoir légalement céder ce dernier et d'effectuer un changement de propriétaire.


Identification par photographies

Bien que la pose d'un transpondeur soit la norme, il est parfois dangereux (pour raisons de santé), voir impossible de pucer un animal dès le mois de sa naissance car sa taille ne le permet pas. Dans ces cas particuliers, on pourra procéder à une identification par photographies.

 

Pour se faire, la première étape est de prendre rendez-vous chez votre vétérinaire, et lui apporter les individus concernés. Ce dernier vous donnera son avis, et s'il juge effectivement qu'il est dangereux d'utiliser un transpondeur, il devra vous rédiger une attestation d'impossibilité de puçage. Nous vous conseillons de réaliser une attestation par animal, en décrivant pour chacun sa taille, sa mutation, et surtout la raison pour laquelle la pose d'une puce n'est pas réalisable. Le document sera daté, signé, et contiendra les informations du vétérinaire ou de la clinique ayant délivré l'attestation.

 

Préparez ensuite depuis chez vous un document de type PDF, comprenant :

- une page récapitulative sur l'animal avec le maximum d'informations en votre possession : espèce, sexe, date de naissance, date d'acquisition, mutation, taille actuelle, si l'animal est né chez vous etc... ainsi que toutes les anomalies éventuelles comme des doigts manquants, si la queue est régénérée ou entière etc.

- une page prouvant l'origine de l'animal s'il n'est pas né chez vous (copie du certificat de cession de l'animal, CIC, facture etc) 

- une page avec l'attestation que vient de réaliser votre vétérinaire

- et une ou plusieurs pages contenant les photos de l'animal en respectant les conditions suivantes :

  • Chez les tortues, une photographie du plastron.
  • Chez les serpents, des photographies de la tête en gros plan (de dessus et de profil), de la face dorsale et de la face ventrale de l'animal (partie postérieure pré-cloacale en particulier)
  • Chez les lézards, une photographie d'ensemble dorsale et ventrale, et une photographie des plaques du dessus de la tête.
  • Chez les amphibiens, une photographie de la tête en vue de profil avec un gros plan sur l'œil ainsi qu'une photographie des faces ventrale et dorsale afin d'identifier le patron du spécimen.

Pour chaque cliché, positionnez l'animal sur du papier millimétré, ou bien contre une règle graduée dont la mesure sera parfaitement lisible sur la photo.

 

Une fois votre PDF prêt, rendez-vous sur le site internet de l'I-FAP : https://www.i-fap.fr/

- Dans le menu de droite, cliquer sur "Déclarer ses animaux déjà marqués".

- Sur le formulaire qui apparaît, sélectionnez : Type de Marquage / Photographie

- Joindre le PDF que vous venez de préparer en cliquant sur "Déposez le CERFA de votre animal"

- Remplir manuellement tous les autres champs du formulaire

- Enfin, validez et payez l'enregistrement de l'animal.

 

Vous recevrez rapidement une confirmation de votre paiement et de votre enregistrement par email. Les jours suivants, l'I-FAP étudieront votre dossier, qui, s'il est jugé incomplet (manque d'infos, photos illisibles...) pourra vous être retourné. Auquel cas il sera nécessaire de le corriger, puis de le renvoyer à nouveau aux services de l'I-FAP.

Une fois accepté, vous recevrez quelques jours plus tard votre "Certificat d'enregistrement d'un animal d'espèces non domestiques" définitif par email.

 

Attention : Si votre animal est actuellement trop petit, et qu'il a été identifié par photographie, il faudra néanmoins retourner plus tard chez un vétérinaire pour procéder à son puçage dès que sa taille le permettra. Le numéro de la future puce pourra être ajouté au dossier de l'animal sur l'I-FAP.